[L’Invisible]

« Mais que voit-on, quand on ne voit rien ? », interroge Clément Rosset dans L’Invisible [1]. Ce que l’on ne voit pas, est-ce une manifestation de la vacuité ? La « vacuité » — nom féminin — est le « fait d’être vide ». Ce qui est « vide » est « ce qui ne contient rien ». « C’est du vide, dit Lao-Tseu, que dépend l’usage ». « Vide » — nom masculin — désigne aussi bien « un espace ne contenant rien » qu’un « sentiment de manque » et par extension le « néant ». L’invisible nous ouvre au (nous projette dans) le néant. Quand on ne voir rien, voit-on le néant ? Et qu’est-ce que — qu’est-ce que serait — voir le néant ? Nous sommes liés (à l’invisible). « Nous sommes, selon Novalis, liés de plus près à l’invisible qu’au visible. »


[1] Clément Rosset, L’Invisible, Editions de Minuit, 2012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s