[Totalité/Infini]

En art, comme dans les rapports humains, l’idée de totalité n’est probablement acceptable que conjuguée à la notion d’infini, selon la thèse développée par Emmanuel Levinas dans Totalité et infini [1]. L’œuvre est comme Autrui : lorsqu’elle se présente à nous, elle excède toujours l’idée que nous pouvons nous en faire. Le rapport à l’œuvre n’est jamais une pure relation, ni le résultat d’un savoir seulement ou strictement rationnel. L’œuvre est alors, selon les mots de Lévinas, « une proximité spontanée, asymétrique », d’apparence « infranchissable ». (…) Que l’artiste s’efforce ou non de rendre disponible une totalité, l’œuvre échappe et s’échappe : elle (n’) apparaît (qu’) en disparaissant.

Entretien avec John Cornu. Note préparatoire.


[1] Totalité et infini, Essai sur l’extériorité, La Haye, M. Nijhoff, 1961

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s