[Emilie Satre : Celui qui peut ouvrir des mondes à partir de rien a le monde pour lui. Entretien]

Emilie Satre, Grid, 2012. Gouache sur papier. 200 x 140 cm Tu as étudié à Rouen. Tu as séjourné en Allemagne. As-tu regardé les peintres du mouvement Abstraction-Création, notamment Sophie Taeuber ? Je te suppose un goût pour les œuvres qui émergent entre réalité et irréalité, métamorphoses, distorsions, anamorphoses ; celles de Markus Raetz par exemple […]