[Annie Paule Thorel. Exposition After The Nigth]

img_1071

L’œuvre d’Annie Paule Thorel est en constante mutation. Elle évolue à un rythme non linéaire. Des particularités singularisent chaque ensemble. Dans les premiers dispositifs la gestualité est mise en retrait au profit de la texture, de la forme, de la chorégraphie. Les formes sont écartées, empilées, accolées ou distanciées. Elles trouvent leur place lorsque la nécessité est ressentie de les faire se tenir ensemble.

Dans d’autres séries, les lignes peintes à main levée inscrivent une fragilité du geste et une temporalité différente. La surface se construit ligne après ligne, strate après strate. L’organisation relève de la sinuosité, de l’addition, du chevauchement de la couleur dans l’échelle des proportions du tableau, son mode et sa surface propre. La présence est assignée dans la dernière surface et assise dans l’ordre circonstanciel des couches successives.

Dans les séries Tyria et Octave, l’opacité, la densité de la couleur sont mises en avant de même que la scansion des bandes ou des cercles accordés, de façon à construire un espace spécifique possédant une énergie interne et une lumière propre. Tous ces ensembles sont les lieux d’un questionnement des mécanismes de la perception, du rythme, du geste, de la couleur.

Chaque tableau a son enjeu autonome, entre indépendance et interdépendance.

Le travail d’Annie Paule Thorel s’accompagne d’une pratique du dessin, d’études, de maquettes, de réalisation de livres d’artiste : autant d’occasions de susciter des alliances permettant une lecture globale et la perception d’une variété de sensation : poids, pulsation, tension, temps. L’exploration des échelles chromatiques est nourrie par des voyages : lumières, rythmes, atmosphères des lieux, habits, objets culturels…

Annie Paule Thorel se sent proche d’œuvres très différentes comme celles de John Chamberlain ou celle de Mary Heilmann pour leurs diversités formelles ou encore celle de Joël Shapiro pour les dynamiques dans sa sculpture, Shirley Jaffe pour ses constructions colorées et de Pierre Tal Coat pour les notions de présence et de lumière.

2014

___

Exposition Annie Paule Thorel, After The Nigth, AnyWhere Galerie (Galerie Alain Coulange), mars-avril 2014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s